Colloque Visions du monde animal : Résumés - SÉANCE 4.2

SÉANCE 4 : MÉDIATIONS ANIMALES, CHASSE ET SACRIFICE

Louis-Jacques DORAIS (Canada)
Sous le signe de la Tortue : un exemple de médiation animale entre les mondes (Wendat/Chine/Vietnam)
Actrice essentielle de la création du monde chez les Amérindiens iroquoiens, personnage important de la cosmologie chinoise et auxiliaire indispensable des luttes d’indépendance du Vietnam, la Bestia tartaruca (« bête du Tartare infernal ») des Romains, devenue tortue en français, joue un rôle de premier plan dans plusieurs systèmes symboliques de l’Ancien et du Nouveau Monde. La tortue joue très souvent un rôle de médiatrice entre le monde d’en-bas (celui des puissances pélagiques et chtoniennes), le monde du milieu (où intervient l’humanité) et le monde d’en-haut (siège des puissances célestes). Elle démontre ainsi qu’elle possède un pouvoir de type chamanique qui lui permet de circuler entre les diverses composantes de l’univers. Dans la pensée contemporaine, cet animal est parfois présenté comme un symbole de la rencontre entre nature et culture, ainsi qu’en témoigne l’ouvrage classique d’Albert Lougnon (1939), Sous le signe de la tortue , qui raconte la prise de possession par les Européens de l’île de la Réunion, encore à l’état sauvage (dit « de nature »). En comparant le rôle joué par la tortue dans les cosmologies iroquoienne, chinoise et vietnamienne, ainsi que ses représentations symboliques chez les anciens Romains et dans le discours écologiste moderne, je montre comment certains animaux sont perçus comme servant de médiateurs entre nature, culture et sur-nature.
Conception et réalisation : Centre de services en TI et en pédagogie (CSTIP).
Tous droits réservés. © 2013 Université Laval