Colloque Visions du monde animal : Résumés - SÉANCE 4.3

SÉANCE 4 : MÉDIATIONS ANIMALES, CHASSE ET SACRIFICE

Bernard SALADIN D’ANGLURE (Canada)
À la croisée du monde des animaux, des humains et des esprits. La socio-cosmologie des Inuit du Nunavik (Québec)
La place des animaux dans la socio-cosmologie inuit, telle que recueillie dans les années 1950-80 auprès des derniers aînés élevés dans la tradition chamanique au Nunavik et au Nunavut (Canada), me pousse à la considérer comme un élément important de l’ontologie cosmique, vue, non plus à travers la logique scientifique et philosophique dominante en Occident, mais à travers l’intelligence intuitive, empirique et heuristique propre aux peuples autochtones, notamment ceux qui - comme les Inuit - vivent de la chasse-pêche dans une conception animiste de la Nature, partagée par certaines sociétés traditionnelles. Dans cette perspective les composantes de l’ontogénèse humaine, animale et végétale renvoient à celles de la cosmogénèse, c’est à dire à une recomposition d’éléments en transit préexistants. Elle témoigne d’une grande affinité avec les cosmologies de l’Asie centrale et orientale et – au dire de plusieurs grands savants contemporains – aux récentes découvertes de l’astrophysique. Après un survol de la conception inuit du réel, et de la place qu’y tient l’animal, dans la diversité des échelles, des perspectives et des métamorphoses, je m’attarderai au cas de l’ours polaire, à la fois terrestre, marin et céleste, symbole de virilité et gaucher, auxiliaire des chamanes et des grands esprits-maîtres du cosmos.
Conception et réalisation : Centre de services en TI et en pédagogie (CSTIP).
Tous droits réservés. © 2013 Université Laval