Colloque Visions du monde animal : Résumés - SÉANCE 5.4

SÉANCE 5 : LE RÔLE DES AFFECTS DANS LA PRODUCTION DES SAVOIRS SUR LES ANIMAUX

Francis LÉVESQUE (Canada)
Membre de la société ou facteurs de risque ? Exploration de la gestion contemporaine des populations canines au Nunavik par les vétérinaires et les Inuit
Pour le gouvernement québécois et un certain nombre d’autres acteurs (Inuit et non-Inuit), les chiens du Nunavik représentent un risque. Vecteurs potentiels de transmission de maladies infectieuses et coupables d’attaques parfois mortelles, ils doivent, considère-t-on, faire l’objet d’une gestion serrée qui passe par l’imposition d’outils légaux, par l’adoption de politiques de santé publique axées sur le contrôle des risques et par la mise sur pied de campagnes d’éducation qui partent du principe que les Inuit ne connaissent pas bien les manières adéquates de prendre soin de leurs chiens. Cette gestion serrée n’atteint cependant pas les objectifs escomptés et certains disent que cela s’explique par un manque d’intérêt des Inuit au sujet de la santé des chiens et de la sécurité de leurs communautés. Cette présentation discutera de la raison pour laquelle cet insuccès peut s’expliquer par une méconnaissance de la place occupée par le chien chez les Inuit.
Conception et réalisation : Centre de services en TI et en pédagogie (CSTIP).
Tous droits réservés. © 2013 Université Laval