Colloque Visions du monde animal : Résumés - SÉANCE 6.3

SÉANCE 6 : BROUILLAGES ONTOLOGIQUES ET FRONTIÈRES ANIMALES

Séverine LAGNEAUX (France)
La ferme 2.0 ou la libération contrainte d’une communauté mixte
Le robot de traite, instrument dernier cri de la zootechnie, s’impose de façon croissante dans les élevages occidentaux depuis 10 ans tout en déployant de nouvelles fonctionnalités (détecteur de chaleur, podomètre, logiciel de gestion, etc.). Cette implantation est l’occasion de questionner la reconfiguration des dichotomies entre naturel et artefact qu’elle opère tout en analysant les discours des constructeurs de robot de traite et des éleveurs qui y recourent. Selon les fabricants de robots, l’éleveur laitier devient un gestionnaire tandis que le robot le remplace auprès du troupeau. Grâce à la technologie, l’éleveur serait libéré des contraintes de la traite biquotidienne tandis que son troupeau de Holstein gagnerait en liberté. Si ses propos diffèrent de la conception thermodynamique de l’animal émanant de l’analyse des sites Internet des constructeurs, l’éleveur, informateur particulier du terrain investigué, insiste lui aussi sur un regain de nature au cœur de son élevage. Cependant, il insiste également sur la nécessité de sa présence « dans ses vaches ». L’œil de l’éleveur demeure, selon lui, un outil primordial reléguant le robot au rang d’instrument au service du contrat domestique et non de technologie substituant des mesures chiffrées et précises à son approche tout au plus qualifiée d’intuitive. Les représentations du métier, de l’élevage et des membres de la communauté hybride se révèlent donc différentes selon que l’on se place du côté des techniciens ou du côtés des usagers, hommes et bêtes. En effet, les animaux, par certains comportements, soulèvent également la question d’une forme de liberté dans cet environnement robotisé et sa « libération contrainte ».
Conception et réalisation : Centre de services en TI et en pédagogie (CSTIP).
Tous droits réservés. © 2013 Université Laval