• Anthropologie et Sociétés - Fondée en 1977

Le diabluma de Pedro Moncayo (Équateur) ou comment le diable devient un enjeu politique

Abstract/Resumen

The Diabluma of Pedro Moncayo IEcuador) : How thé Devil Becomes a Political Stake

Diabluma. from spanish " diablo " and quichua " uma ". means " devil's head ". He is thé leading figure of Saint Peter's day which is. for peasant of Pedro Moncayo to thé north of Ecuadorian Andes, their most important indigenous feast. The diabluma leads thé Feast and ail ils characters who lives through numerous rituals. This article shows how he. inside his festive world, represents a type of religious syncretism in which thé native content is prédominant and suggests a kind of established social order's symbolic subversion which synthetizes local peasantry's political project.

 

Résumé

Le diabluma. de l'espagnol « diablo » et du quichua « uma ». signifie « tête de diable ». Il est le personnage principal et leader de la Saint-Pierre, la plus importante fête paysanne indigène célébrée dans le canton Pedro Moncayo. une région située au nord des Andes équatoriennes. Le diabluma dirige l'ensemble des personnages de la Fête qui s'expriment à travers de multiples rituels. Cet article montre comment, à l'intérieur de son univers festif. il représente un type de syncrétisme religieux où l'élément autochtone apparaît dominant et suggère une forme de subversion symbolique de l'ordre social établi, subversion qui synthétise le projet politique de la paysannerie de la région.

Pour citer cet article

Cliche, Paul. « Le diabluma de Pedro Moncayo (Équateur), ou comment le diable devient un enjeu politique. » Anthropologie et Sociétés, volume 17, numéro 3, 1993, p. 63–91.

Masques démasqués
Volume 17, numéro 3
Retour au numéro publié
Masques démasqués