• Anthropologie et Sociétés - Fondée en 1977

Pratiques d’enquêtes

Abstract/Resumen

Critical Note

Nota crítica

Résumé

« La méthode, c’est le chemin après qu’on l’a parcouru », disait Marcel Granet, sentence que son élève Georges Dumézil aimait répéter (voir par exemple 1948 : 12). Cette idée rétrospective de la méthode est fidèle à l’étymologie du mot grec meta-hodos : « (se déplacer) le long du chemin ». Au lieu de proposer des méthodes toutes faites que le chercheur est censé mimer, il est toujours valable de suivre les parcours de chercheurs dans leurs travaux, d’où l’on peut extraire, a posteriori, des méthodes. Or, les coordonatrices de ce gros volume, numéro double des Cahiers de littérature orale, ont demandé à des chercheurs dans le domaine des traditions orales – vingt-cinq auteurs, littéraires, linguistes, folkloristes et anthropologues, basés dans cinq pays, de plusieurs traditions intellectuelles différentes, et qui travaillent sur des performances africaines, européennes, américaines et océaniennes – de parler, non pas de leurs méthodes d’enquête, mais, précisément, de leur cheminement...

Note critique sur l’ouvrage de :

Biebuyck Brunhilde, Sandra Bornand et Cécile Leguy (dir.), 2008, Cahiers de littérature orale, 63-64. Paris, Publications de Langues’O, 474 p.

Pour citer cet article

John Leavitt, « Pratiques d’enquêtes », Anthropologie et Sociétés, vol. 35, no 3, 2011 : 267-274

De l’observation participante à l’observation de la participation : la transformation de l’anthropologue par le terrain
Volume 35, numéro 3
Retour au numéro publié
Couverture : De l’observation participante à l’observation de la participation : la transformation de l’anthropologue par le terrain