• Anthropologie et Sociétés - Fondée en 1977

Sens

Ouvrir les fenêtres. Écrire des poèmes ethnographiques sur la matérialité et la sensorialité de l'agoraphobie à Oslo

Cet article réflexif porte sur les deux ancrages de mon projet doctoral. D’abord, il présente une ethnographie de l’expérience de l’agoraphobie à Oslo, en Norvège, le pays européen avec la plus grande prévalence de ce trouble. Je porte attention à la matérialité et à la sensorialité de cette expérience de souffrance. En parallèle, je développe ma démarche en anthropologie de la poésie qui convoque à la fois ma propre écriture ethnographique et la mise en forme de poèmes sur l’agoraphobie et la panique. Je présente d’abord ma discussion des définitions de l’agoraphobie.

« Écouter le silence quaker »

Grâce au suivi de rencontres quakers dans un bourg du Derbyshire (Angleterre) entre 2000 et 2006, l’auteure décrit une activité religieuse élaborée chaque dimanche par les adeptes, dans l’immobilité et le silence quasi-total, sans liturgie ni prêtrise. Prenant le silence pour objet anthropologique, elle montre qu’il ressortit d’une quête spirituelle dont le registre sensoriel rend compte comme d’un rite en dépit du souci qu’ont les quakers d’éliminer les symboles de leurs pratiques.