• Anthropologie et Sociétés - Fondée en 1977

Corps

Cyborg : approche anthropologique de l’hybridité corporelle bio-mécanique (note de recherche)

Lorsqu’on s’intéresse à la question de l’hybridité, en particulier corporelle, l’image du cyborg est incontournable. Cette figure de la science-fiction nous invite à interroger les complexes liens qui unissent le corps et la machine. Dans cette rencontre du mécanique et du biologique, il est à la fois un symbole d’une redéfinition de la vie humaine et une cristallisation de fascination ou de répulsion. Partant des exemples proposés par le cinéma d’animation japonais, cet article vise à dégager différentes thématiques de l’hybridité, différents aspects de ces expériences fictives.

Le sens des coups : du corps à la chair des boxeurs

À partir de l’ethnographie d’un groupe de boxeurs qui s’est déroulée à Strasbourg sur quatre années (1999-2002), cet article interroge l’engagement pugilistique comme expérience d’un combat dont les raisons et les effets dépassent le seul cadre du ring. En articulant description des situations d’entraînement et analyse des schèmes biographiques constitutifs des trajectoires de boxeurs, il montre comment ces derniers conçoivent le sens des coups.

Dynamiques ludiques : dialectique intrinsèque du virtuel au réel

Cet article s’inscrit dans les réflexions sur la possibilité d’une exploration ethnographique d’un monde virtuel par des personnes en situation de handicap physique. Plus précisément, dans le prolongement des travaux des Game Studies, nous interrogeons la pratique du jeu et l’apprentissage des codes et normes dans leur rapport au temps, à l’espace et à l’action dans un Massive Multiplayer Online Game.

La gestuelle du buveur dans un contexte festif andin (note de recherche)

La gestuelle du buveur présentée ici est issue d’un contexte festif et rituel andin dans lequel le buveur s’offre à tous à travers une gestuelle complexe, généralement reconnaissable comme celle d’une personne soûle, et qui évolue au fur et à mesure de l’ivresse. On peut diviser ces gestes en deux grandes catégories. D’une part, les buveurs opèrent des gestes égocentrés, une sorte de repli sur soi qui vise à protéger tant la personne que le groupe. D’autre part, la gestuelle s’ouvre : on parle alors de gestes allocentrés, orientés vers l’extérieur.