• Anthropologie et Sociétés - Fondée en 1977

Islam

De la « complicité » des imams dans la promotion de l’équité de genre à Mumbai, en Inde

Les imams pourraient-ils, sans compromettre leur islamité, se faire les complicespromoteurs de l’équité de genre dans leur communauté et, si oui, comment et à quelles conditions ? C’est ici la question de fond que les auteurs taquinent dans cet article. À l’aide d’une méthode mixte, qualitative et quantitative, nous explorons cette (im)possible « complicité » à Mumbai, en Inde. Il s’agit de l’un des volets d’un programme de recherche plus large portant sur la santé sexuelle et les comportements sexuels à risque dans des quartiers pauvres de Mumbai.

Prêcheuses arabisantes à Dakar et à Ouagadougou. Des logiques d’individualisation et d’individuation

À partir d’une série de terrains ethnographiques menés Dakar et à Ouagadougou, les logiques d’ascension spirituelle de différentes générations de femmes prêcheuses et les usages sociaux qu’elles font des moyens de communication sont examinés. L’article montre que leur ascension résulte du lien au communautaire. Bien que la logique d’individuation soit mise en exergue, des signes de mise en avant de leur individualité, sans se départir du communautaire, permettent de rendre compte d’un subtil processus d’hybridation entre individualisation et individuation.

Comment réaliser la piété dans l’immanence ? Exercices de (re)composition de modèles sociaux et éthiques d’intellectuelles engagées et converties à l’islam

Notre terrain ethnographique mené en France et au Québec auprès de femmes entrées dans l’islam a mis en évidence la centralité du travail sur le soi (djihad an-nafs) dans le processus de conversion. Si cette herméneutique du soi correspond à une lecture théologique de l’être musulman et de sa formation, ces exercices de composition du sujet s’opèrent également à l’intersection de deux systèmes culturels et sociaux en tension, celui d’origine et celui choisi. Comment les femmes rencontrées s’approprient-elles ces deux univers de sens et de normes ?

Les femmes musulmanes peuvent-elles parler ?

Cet article fait suite à une recherche menée à Montréal entre 2011 et 2015 avec des femmes et des féministes musulmanes de différents profils sociologiques. Dans un contexte où l’on parle beaucoup d’elles, mais rarement avec elles, je me suis intéressée à comprendre et à situer les mobilisations militantes des femmes et féministes musulmanes à partir de leur propre point de vue.

Deux récits de l’anthropologie de l’Islam

Dans un ouvrage ancien intitulé The Idea of an Anthropology of Islam, Talal Asad (1968) remarque que la littérature anthropologique sur l’islam, malgré sa diversité d’approche, considère celui-ci soit comme l’ensemble des pratiques et croyances propres aux musulmans, soit comme « une totalité historique » régissant plusieurs aspects de la vie sociale. Ces études anthropologiques soutiennent que l’islam crée une structure sociale au lieu de considérer qu’il est affecté par elle.