• Anthropologie et Sociétés - Fondée en 1977

Sensible

« Elle sera donc odeur de rose, d’œillet, de jasmin, de violette ». L’attention au végétal et l’institution des collectifs, de Condillac à Descola et retour

Cet article a pour but de montrer comment l’attention au végétal a été au cœur de l’une des contestations historiques les plus fortes du régime de séparation dualiste des Modernes. L’œuvre d’Étienne Bonnot de Condillac combine ainsi un déplacement majeur de l’attention métaphysique aux plantes, de l’œil à l’odeur, avec une enquête générale sur l’origine du langage. Cette combinaison érige les formes de la sensibilité en condition de l’institution.

Quand les odeurs se font images (note de recherche)

Photographe du monde sensible, passionnée par l’univers olfactif et les émotions qu’il appelle, Eléonore de Bonneval recueille témoignages et récits de vie odorants depuis plus de dix ans. Ces histoires ont conduit à la création de plusieurs expositions : Anosmie, vivre sans odorat (2012), Le sens sentimental (2016), Voyages olfactifs (2017) et L’odorat, sens invisible (2018).

Penser le sensible avec la danse contemporaine

La danse contemporaine, née avec Merce Cunningham d’une rupture avec le ballet classique, permet de rendre visible ce que nous ne percevons habituellement pas dans la vie quotidienne : l’enchaînement et l’enchevêtrement de micromouvements et de minuscules interactions. Mais elle réalise aussi des possibilités du corps en mouvement que nous n’avions pas imaginées. Sensible à l’état du monde, elle montre souvent le chaos mais préfigure également, à travers les relations entre les danseurs, de nouvelles formes de lien social.