• Anthropologie et Sociétés - Fondée en 1977

Musée

D’étudiant à « élève du son » : l’éveil sonore en anthropologie

Cet article traite d’une approche pédagogique de l’enseignement du son selon une perspective anthropologique en prenant comme étude de cas le cours de premier cycle « Anthropologie du son » offert au département d’anthropologie de l’Université de Victoria depuis 2012, cours qui constitue, à notre connaissance, une première dans une université canadienne. L’article traite de la transformation d’étudiants en « élèves du son » grâce à l’« éveil sonore », qui résulte de l’attention particulière portée aux sons qui nous entourent.

Musées et anthropologie : chronique d’une séparation

En octobre 2012, James Moore, alors ministre du Patrimoine, annonçait la volonté du gouvernement conservateur de changer le nom et la vocation du Musée canadien des civilisations, appelé à devenir le Musée canadien de l’histoire. De nombreuses voix se sont élevées pour dénoncer le caractère politique et partisan de cette décision, dans un contexte où le gouvernement de Steven Harper cherche par plusieurs moyens à valoriser l’histoire militaire et monarchique du Canada. Cet évènement récent nous rappelle combien les musées d’ethnologie sont des...

Politiques des objets de musée en Afrique de l’Ouest

Cet article montre comment les objets exposés dans les musées nationaux d’Afrique fonctionnent comme des supports de discours identitaires ou comme des moyens de reconnaissance et de revendications politiques. Le paradigme ethnique hérité de la période coloniale donne lieu à des aménagements et à des actualisations, qui visent à rendre compte à la fois de la diversité culturelle et de l’unité nationale des différents pays concernés.

Accompagner les Taonga à travers le monde. Une exposition māori à Paris et à Québec (note de recherche)

L’exposition E Tū Ake : Standing Strong (Māori debout) conçue par le musée national de Nouvelle-Zélande, le Museum of New Zealand Te Papa Tongarewa, fut présentée en 2011-2012 au Musée du quai Branly, à Paris, et en 2012-2013 au Musée de la civilisation, à Québec. Sont discutés ici les résultats préliminaires d’une recherche comparative portant sur la conception et la réception de cette exposition itinérante : ses permanences et transformations au sein des différentes institutions, les effets de la volonté des Māori de maintenir la dimension rituelle des objets.