• Anthropologie et Sociétés - Fondée en 1977

Photographie

Quand les odeurs se font images (note de recherche)

Photographe du monde sensible, passionnée par l’univers olfactif et les émotions qu’il appelle, Eléonore de Bonneval recueille témoignages et récits de vie odorants depuis plus de dix ans. Ces histoires ont conduit à la création de plusieurs expositions : Anosmie, vivre sans odorat (2012), Le sens sentimental (2016), Voyages olfactifs (2017) et L’odorat, sens invisible (2018).

Photographie, un objet du pouvoir. Les nus pris par Simon Mukunday à Lubumbashi, République démocratique du Congo

Ce texte examine les effets sociaux des usages congolais de la photographie comme medium de production et de circulation de l’identité et du corps modernes. Au cours du XXe siècle, la représentation photographique témoigne de la nouvelle identité mise en circulation dans l’univers moderne. L’image « mécaniquement reproduite » constitue un artefact tenant lieu et place d’une personne moderne. Pour ce numéro spécial, l’intérêt du texte proposé ici est surtout comparatif.

Regards des habitants de Kangiqsujuaq sur leurs albums de photographies de famille (1960-2012). Quelle prise en compte muséographique ?

Cet article présente un terrain effectué en juillet 2012 dans un village du Nunavik (Nord Québec) dans le cadre d’un projet sur l’imagibilité inuit. Mené en accord avec la municipalité de Kangiqsujuaq, ce projet a fédéré une dizaine d’habitants qui ont choisi et commenté quelques photos de leurs albums de famille. Les 35 clichés recueillis ont été scannés et déposés à l’Institut culturel inuit Avataq à Montréal en vue d’assurer la protection et la conservation de ce patrimoine photographique « ordinaire ».