• Anthropologie et Sociétés - Fondée en 1977

Conservation

L’écologie productive. Projets, négociations et subjectivités dans les communautés non autorisées de la Réserve de la biosphère Montes Azules, Chiapas (Mexique)

Les communautés non autorisées vivant au sein de la Réserve de la biosphère Montes Azules (REBIMA) sont au cœur d’enjeux éthiques et politiques qui nous mènent à interroger un certain nombre de présupposés quant à la place possible des peuples autochtones dans les projets de conservation. À partir d’un travail ethnographique mené dans la région depuis une vingtaine d’années, l’auteur identifie et explore trois de ces questions.

Conservation environnementale et production alimentaire « alternative » au Bas-Saint-Laurent, Québec

Depuis 20 ans, les initiatives de production alimentaire « alternatives » proposant une approche différente de la conservation de la nature sont en émergence au Bas-Saint-Laurent (Québec), une région aux prises, depuis des décennies, avec des difficultés économiques structurelles et où la conservation de la nature est moins importante sur le plan de la superficie que dans le reste du Québec. Ces initiatives mettent en œuvre différentes activités s’inscrivant dans une écologisation de l’agriculture.

Élevage et écotourisme dans les Pyrénées. La conservation du patrimoine naturel à la suite de la crise économique de 2008

Dans cet article, nous étudions les utilisations locales du territoire associées aux formes alternatives de conservation des valeurs naturelles dans les Pyrénées catalanes, dans le nord-est de l’Espagne. Dans les Pyrénées, région où de nombreuses aires protégées ont été créées, la conservation de l’environnement ne se limite pas aux projets et actions sanctionnés par l’État et délimités territorialement.

Aires marines protégées et politique précaire de conservation à Terre-Neuve

Cet article se penche sur les défis liés à la création d’aires marines protégées (AMP) « axées sur la communauté » à Terre-Neuve, en accordant une attention particulière aux forces qui ont contribué à l’essor et au déclin d’un projet d’AMP sur la côte nord de l’île entre 1997 et 2007. Il explique en quoi les réductions radicales imposées aux organismes de gestion fédéraux, le recours croissant au travail bénévole et la méfiance de longue date entre les pêcheurs et les gestionnaires fédéraux ont finalement contribué à l’abandon du projet.

L’objet immuable. L’atténuation comme méthode de conservation autochtone

Sur la côte nord de la Colombie-Britannique, les Premières Nations sont confrontées à des douzaines de projets de développement industriel majeurs, notamment la construction de pipelines pour le transport du pétrole brut et du gaz naturel liquéfié, ainsi qu’au trafic maritime des pétroliers qui y est associé. En réponse à cette expansion industrielle écrasante, les Premières Nations ont élargi leurs programmes de gouvernance environnementale pour participer de manière déterminante à l’examen des normes, à la recherche sur les impacts et à la surveillance environnementale.

Conserver la nature humaine et non humaine. Un curieux cas de conservation conviviale au Brésil

Cet article défend un concept de « conservation conviviale », conçu ici comme « un effort visant à établir des interdépendances vitales entre les humains et les écosystèmes, en vue de leur régénération mutuelle ». En nous appuyant sur des recherches ethnographiques que nous avons menées auprès de communautés subalternes d’Amérique latine, autochtones ou non, nous nous concentrons sur les communautés rurales brésiliennes de squatters apparues dans les années 1990 en opposition aux économies de plantation qui ont provoqué la dégradation de la vie humaine et non humaine.