• Anthropologie et Sociétés - Fondée en 1977

Travail

De la migration de style de vie au mode de vie mobile. Plaidoyer pour une conception large/ambiguë de la mobilité (essai)

L’une des critiques le plus souvent adressées au concept du « paradigme de la mobilité » de Mimi Sheller et John Urry (2006) est qu’il englobe trop de types de mobilité différents et que, ce faisant, il risque d’occulter d’importantes distinctions entre les motivations, les circonstances, les formes et les conséquences des déplacements à travers le monde. Mais il y a aussi des avantages importants à élargir la notion de « mobilité ».

Les freins au désir d’enfant au Japon (note de recherche)

Au Japon, la dénatalité a atteint son plus bas niveau en 2005 avec un indice de fécondité record de 1,26 enfant par femme. Cette note de recherche présente les principaux facteurs qui freinent le désir d’enfant des Japonaises: la nécessité d’un mariage, l’impact d’une éducation supérieure et un marché du travail ne permettant pas de concilier carrière et famille. Par le biais d’entrevues réalisées avec des Japonaises, l’influence sur la fécondité du mariage, de l’éducation et du marché du travail a été investiguée.

Quand légitimité rime avec productivité. La parole-d’œuvre plurilingue dans l’industrie de la communication

L’objectif de cet article est de mettre en évidence la manière dont les processus de légitimation des langues et des locuteurs s’articulent à des logiques de productivité économique. En partant d’une recherche ethnographique conduite dans un centre d’appels – terrain emblématique de l’économie néolibérale – situé dans une ville ouvrière bilingue en Suisse, nous montrerons que les compétences langagières des travailleurs font l’objet d’une célébration en termes économiques (du point de vue du repositionnement industriel de la municipalité et de la productivité des centres d’appels).

La « diversité » comme capital. La re-conceptualisation néolibérale de la différence linguistique et sociale

Dans les discours néolibéraux sur le travail, les travailleurs sont imaginés comme des faisceaux de compétences, certaines étant dites « formelles » (le savoir et les techniques), d’autres « informelles » (les aptitudes et les caractéristiques sociales). Dans cette conception, tout attribut pensé en termes de travail productif, même les différentes formes de se comporter socialement, peut être considéré comme une compétence.

Travail et utilisation de la terre chez les Harakmbet de l'Amazonie péruvienne

L'auteur montre que deux conceptions de la terre s'affrontent dans le département de la Madré de Dios, en Amazonie péruvienne. Les Harakmbet considèrent celle-ci comme une ressource, alors qu'elle est une marchandise pour les immigrants de culture occidentale. Il analyse l'usage que font les autochtones de la grande variété de ressources de la forêt tropicale à travers les modèles d'établissement et les pratiques de subsistance, qui leur permettent de satisfaire leurs besoins sociaux, contrairement aux immigrants.

L’expansion du travail précaire, conséquence du système japonais de production flexible

La production flexible, inventée au Japon dans un contexte de sécurité d’emploi, a été importée aux États-Unis après 1975, afin de faire face à la concurrence japonaise de plus en plus efficace. Dans le contexte américain, différent de celui du Japon, la production flexible a entraîné l’affaiblissement des syndicats et une forte augmentation du travail flexible. Associée à un fort développement des nouvelles technologies, la production flexible américaine a redonné au pays une force compétitive accrue.

Civilisation/Sauvagerie. Le Sauvage américain et l'idée de civilisation

La rencontre entre l'Europe et l'Amérique a contribué à fonder une représentation univer-saliste et évolutionniste du Monde et des hommes, que nous définissons comme la Civilisation. Les Sauvages ont été alors considérés comme les survivants d'un monde archaïque appelé à évoluer vers l'état de civilisation. Et lorsque nous voulons expliquer pourquoi le Sauvage ne se " civilise " pas. nous lui attribuons une " paresse naturelle ". Apparaît alors l'importance du rôle d'une pensée économique, dans laquelle l'" homme civilisé " est également un " homme économique " acceptant de travailler.