• Anthropologie et Sociétés - Fondée en 1977

Tourisme

De la migration de style de vie au mode de vie mobile. Plaidoyer pour une conception large/ambiguë de la mobilité (essai)

L’une des critiques le plus souvent adressées au concept du « paradigme de la mobilité » de Mimi Sheller et John Urry (2006) est qu’il englobe trop de types de mobilité différents et que, ce faisant, il risque d’occulter d’importantes distinctions entre les motivations, les circonstances, les formes et les conséquences des déplacements à travers le monde. Mais il y a aussi des avantages importants à élargir la notion de « mobilité ».

De l'animal au trophée : réification ou relation amoureuse ?

Dans l’industrie de la « chasse au trophée » telle que pratiquée de nos jours, il semblerait que l’animal soit largement réduit à une marchandise dont la valeur dépend du trophée potentiel qu’il représente : on est ainsi facilement tenté de croire que ce type de pratique constitue le niveau zéro de la relation à l’animal, en tout cas vu sous l’angle des considérations affectives.

Festivités religieuses, publiques et discrètes. Mondialisation, tourisme, et mimesis chez les Sherpas du Nord Népal

Fondé sur des matériaux ethnographiques et une analyse de la littérature ethnologique, cet article explore la question des rapports entre le tourisme international et les mutations sociales et culturelles qui sont supposées en découler. Confrontés à un tourisme de masse, les Sherpas, résidents de souche tibétaine du Nord Népal, « jouent » leur identité culturelle sur la scène de leurs propres traditions, mais au miroir de l’imaginaire occidental. Cette mimesis rend-elle toutefois bien compte des facettes que les Sherpas offrent à leurs publics?

Le tourisme et le développement économique des régions reculées et ethniques de Chine. Le cas d’un village Dong du Guizhou (note de recherche)

Cette note de recherche présente les données préliminaires d’une étude de cas: un petit village appelé Zhaoxing, situé au sud-est de la province du Guizhou en Chine. Depuis l’an 2000, le village de 4 000 habitants se modernise grâce au développement du tourisme. Ses quelque 800 maisons de bois nichées au creux d’une vallée sculptée de rizières, ses ponts couverts et ses tours tambours en font un site pittoresque, qui est devenu un arrêt incontournable pour un nombre toujours grandissant de touristes.