• Anthropologie et Sociétés - Fondée en 1977

Enfant

De Third Mesa à Bloomsbury : parcours d’une anthropologue vers les soins palliatifs

L’anthropologue Myra Bluebond-Langner est une chef de file et pionnière dans l’étude d’enfants qui vivent avec des maladies graves limitant l’espérance de vie. En retraçant son parcours intellectuel et de recherche, elle souligne combien l’ethnographie et les approches théoriques anthropologiques sont fécondes dans de nombreux champs d’enquête, dont le domaine émergeant des soins palliatifs pédiatriques.

Aide aux enfants dans le nord de l’Ouganda. La réinsertion des enfants soldats

Le conflit qui perdure en Ouganda du Nord a eu d’importantes répercussions sur les enfants et sur les enfants soldats. Dans ce pays, des processus nouveaux ou en cours, dont le processus d’amnistie et les tentatives de désarmement, de démobilisation et de réinsertion sociale (DDR) remodèlent la façon dont ces enfants sont traités. Diverses organisations, dont les ONG, des organisations communautaires locales et le gouvernement de l’Ouganda, ont tenté d’aider les enfants à se remettre de ce qu’ils ont vécu, avec plus ou moins de succès.

Les « faiseurs de parenté » : un organisme autorisé pour l’adoption (note de recherche)

Tout d’abord, je situerai la notion d’intérêt de l’enfant dans le champ de l’adoption dans la perspective ouverte par les travaux de Nadine Lefaucheur quant au moindre mal dans la prise en charge de l’enfant illégitime. Puis je regarderai la manière avec laquelle un organisme agréé pour l’adoption réfléchit afin d’éviter les dérives de l’adoption internationale et d’organiser son activité autour de l’adoption d’enfants difficiles à placer (plus âgés, handicapés, fratries), en accompagnant la famille adoptive dans tout son parcours d’adoption.

Secret des origines/inceste/procréation médicalement assistée avec des gamètes anonymes : « Ne pas l’épouser » (essai)

Au début de la pratique médicale d’assistance médicale à la procréation avec des dons de gamètes, puis d’embryons (depuis les années 1980), la plupart des pays ont opté pour un anonymat total sur l’identité des sujets qui ont fait ces dons. La conséquence est que, dans chaque pays, des dizaines de milliers de jeunes individus ignorent jusqu’à la manière dont ils ont été conçus (une habitude de secret de la part de leurs parents ayant en général redoublé la règle d’anonymat).

Identité et question des origines dans l’abandon d’enfants au Burkina Faso

À travers l’étude de situations d’abandon d’enfants « sans père » ou nés de relations dites incestueuses au sein de la population moaga, nous tenterons d’éclairer les représentations identitaires qui entourent ces enfants. La responsabilité qu’a une femme d’un enfant conçu dans le cadre d’une relation prohibée semble se limiter à l’accouchement, tandis que l’homme se voit interdire l’accès à la paternité sociale. Les récits des mères d’enfants « sans père » témoignent par ailleurs de leur impossibilité de conférer à l’enfant une autre identité que celle de bâtard.

Inceste : la contagion épidémique du silence

La littérature traitant de cas d’inceste, soit des abus sexuels commis sur des enfants dans la famille, a depuis longtemps mis en évidence la place centrale du silence qui entoure ces situations d’agressions répétées. Cet article réexamine cette thématique en explorant la dynamique du silence autour de l’inceste, et qui le perpétue dans la vie quotidienne de ses acteurs. J’aborderai cette exploration sous trois angles d’observation. D’abord, celui d’enfants violés devenus adultes, pour lesquels, la question du « dire » constitue une thématique à la fois centrale et douloureuse.

Au prisme du VIH. Enquêter auprès des enfants des rues au Cambodge

L’article se donne deux objectifs. Il s’inscrit d’abord dans une réflexion globale sur la façon dont les événements sociaux « prennent corps », s’inscrivent dans les corps. À travers l’exemple des enfants des rues cambodgiens, il tente ainsi de reconstituer la chaîne des événements individuels, entraînés par des destins collectifs, qui amènent certains enfants (et pas d’autres) à se trouver particulièrement exposés à l’infection au vih.