• Anthropologie et Sociétés - Fondée en 1977

Représentation

Photographie, un objet du pouvoir. Les nus pris par Simon Mukunday à Lubumbashi, République démocratique du Congo

Ce texte examine les effets sociaux des usages congolais de la photographie comme medium de production et de circulation de l’identité et du corps modernes. Au cours du XXe siècle, la représentation photographique témoigne de la nouvelle identité mise en circulation dans l’univers moderne. L’image « mécaniquement reproduite » constitue un artefact tenant lieu et place d’une personne moderne. Pour ce numéro spécial, l’intérêt du texte proposé ici est surtout comparatif.

Énoncés visuels des mobilisations. Autoportrait des peuples

La production et le partage en ligne d’images et de vidéos fait aujourd’hui partie du répertoire des mobilisations partout dans le monde. Cette pratique individuelle alimente un nouveau discours collectif visuel. L’analyse de ces images comme langage vernaculaire des mobilisations nous documente de façon originale sur la subjectivité collective qui les constitue. Celles des mobilisations brésilienne, turque et ukrainienne de 2013-2014 dessinent des « autoportraits des peuples » complexes et contrastés.

Stigmatisation de la jeunesse japonaise par le discours et les représentations de la délinquance juvénile (1997-2010)

À la suite de certains grands meurtres commis en 1997 et 2000 par des jeunes de 14 et 17 ans, un discours sur les délinquants juvéniles comme étant plus violents, plus cruels, plus anormaux et plus nombreux que jamais auparavant s’installait chez les intellectuels et dans les médias japonais. Or, par dérapage analytique, ce discours a été généralisé à tous les jeunes, qui ont été considérés comme étant des individus violents, incompréhensibles, anormaux et potentiellement criminels malgré une certaine normalité apparente, faisant d’eux des dangers pour la nation.