• Anthropologie et Sociétés - Fondée en 1977

Globalisation

Ethnographie d’une mobilisation pour l’eau, bien commun dans les Alpes italiennes. Entre ethnicité, tradition et altermondialisme

En 2011, un référendum d’initiative populaire contre la privatisation de l’eau s’est tenu en Italie. Sur tout le territoire national, des mouvements sociaux ont été à l’origine d’actions organisées pour sensibiliser la population à l’importance d’inscrire l’eau dans la sphère du commun. À partir d’une recherche ethnographique menée en 2011 sur la mobilisation dans la région alpine du Trentin, cet article se donne deux objectifs.

Du (non) désir d’enfant : (re)production humaine et violence structurelle au Cambodge

Cette contribution aborde le concept de « désir d’enfant » en interrogeant la notion d’espace social de la procréation en contexte de violence structurelle et à partir des questions suivantes: qui met un enfant au monde ou n’en met pas ? Qui décide et pourquoi ? Ainsi, la mise au monde des enfants est analysée non pas seulement comme un pur produit du désir individuel mais aussi comme une « production ».

Une économie de l’assujettissement. Travail, revenus et mariage en Ouzbékistan

Partant d’enquêtes ethnologiques, cet article examine les transformations du travail en Ouzbékistan, où le régime actuel, qui a fait de l’identité nationale sa nouvelle idéologie d’État, maintient des formes d’assujettissement héritées de l’Union soviétique. L’auteur montre l’ampleur des changements touchant au travail dans sa pratique, son contexte social et les représentations qui s’y greffent. L’article détaille trois situations significatives des nouvelles configurations du travail: marchés de main d’œuvre, équipes d’ouvriers du bâtiment, usine de filature.

Entre local et global : l’alimentation polynésienne. Le cas de Tahiti et de Rapa

Les interactions entre influences globales, mondialisées et de type occidental, et traditions locales différenciées forment le tissu de l’expérience humaine contemporaine. La généralisation de la circulation des capitaux, des biens, des idées et des hommes, ainsi que la prise de conscience de leur interconnexion, sont constitutifs du processus de globalisation, notamment dans le domaine de l’alimentation.